Languages

Grand ménage

L'entrée de ma maison à ComPeung, la nuit

Trente-et-un moins six jours avant la fin de ma résidence. À mon retour des montagnes, en visite chez les Lahu pour les fêtes du Nouvel An, j'ai fait un grand ménage de la maison. Je retardais ce moment, je voulais que le projet Première Absence (les "fruits" gonflables) soit complètement terminé. Ce n'était pas encore le cas, enfin, plus ou moins, je croyais que ça marchait mais il reste encore queqlques trucs à régler. Mais la maison était insalubre et puis, voilà, j'ai décidé de laisser aller... il fallait que je reprenne mon élan.

Je me remet au boulot. Cette semaine, j'ai la ferme intension de terminer ce projet. Et tranquillement, je pense à la suite.

Il me reste du temps pour faire un autre projet, mais je dois prendre garde. J'ai vraiment sous-évalué le temps que prendrait ce premier projet. Au départ, je croyais régler ça en une semaine (!) Deux mois plus tard, ce n'est pas encore bouclé.

Alors que faire? Le problème est que comme d'habitude, j'ai trois mille idées qui tourbillonent dans ma tête. La Thailande est surexcitante, si riche dans sa différence, si inspirante. Je dois me tourner vers quelque chose de simple mais porteur, réalisable dans les contraintes tout en restant fort.

J'ai toutes ces bouteilles de boisons énergétiques que j'ai accumulées depuis que je suis arrivé ici. J'ai en tête une sculpture, un amalgame de tous ces flacons attachés entre eux, formant une espèce de dôme, avec une LED à l'intérieur de chacune. Soutenus par des fils électriques attachés à des arbres, j'imagine une forme vaguement arachnoide. Ou encore, un appareillage aquatique, ancré au fond du bassin du barrage. J'ai fait un test de flottabilité, ça marche, ça flotte, ça flotte. Intéressant, mais compliqué... Faire avec les contraintes, je veux dire, c'est pas parce que j'ai ces bouteilles que je dois absolument les utiliser.

Mon autre idée, ça n'implique pas nécessairement des bouteilles, mais oui ça pourrait marcher avec. J'ai envie de poser un objet dans un endroit reculé, un objet seul qui n'interagit qu'avec lui-même. Partir du module que j'ai développé pour la "spirit house". Récursion, réflexion, autopoièse. Ça pourrait même devenir un projet récurrent, présentable dans différents environnements.

La forme sculpturale peut être variée. Quelques idées/impressions en rafale:

  • Mettre la lumière et la photorésistance dans une bouteille suspendue à un arbre
  • Mettre de l'huile dans la bouteille (ça pourrait être bien si elle était transparente)
  • Ne pas utiliser de panneau solaire (ie. l'objet "meurt" après un certain temps)
  • Ne fonctionne que la nuit
Trente-et-un moins six jours avant la fin de ma résidence. À mon retour des montagnes, en visite chez les Lahu pour les fêtes du Nouvel An, j'ai fait un grand ménage de la maison. Je retardais ce moment, je voulais que le projet Première Absence (les "fruits" gonflables) soit complètement terminé. Ce n'était pas encore le cas, enfin, plus ou moins, je croyais que ça marchait mais il reste encore queqlques trucs à régler. Mais la maison était insalubre et puis, voilà, j'ai décidé de laisser aller... il fallait que je reprenne mon élan.

Post new comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <pre> <h3> <h4> <h5> <h6>
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options

CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Fill in the blank
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.