Languages

Des microphones...

Micro omnidirectionnel avec sa "moumoutte"

Ça fait un bout de temps que je voulais faire le point sur la question du son. En travaillant sur ce projet de résidence à Avatar, j'apprends beaucoup de trucs sur tout ce qui entoure l'audio.

Une des choses qui m'étonne vraiment c'est que j'ai compris qu'en s'y prenant bien, on peut arriver à une bonne qualité sonore même avec des composantes de faible coût et qui roulent avec peu d'énergie. Il suffit de connaître quelques trucs de base.

D'abord, par rapport aux microphones. Dès le début de la résidence, j'avais demandé à Mériol comment on pouvait arriver à capter des sons aussi faibles que des chants de batraciens ou des bruits de camion en pleine nature. Mériol m'a montré différents microphones utilisés à Avatar et quelques principes de base.

Dans mon cas, j'ai besoin de préférence d'un microphone de type "electret", plutôt qu'un micro de type dynamique qui nécessite généralement qu'on soit rapproché du micro. Règle générale, les micros dynamiques sont surtout utilisés pour enregistrer la voix et les micros electret, pour enregistrer tout le reste.

Ensuite, certains micros sont plus ou moins directionnels. Dans ce projet, on veut un micro omnidirectionnel afin de capter le son de tout l'environnement. Puisque le micro est dans la nature, on doit surtout s'assurer de filtrer le bruit du vent à l'aide d'un "nez de clown" (espèce de grosse boule de mousse) ou d'un truc équivalent. J'aime bien l'espèce de morceau de fourrure utilisé pour couvrir le microphone.

Si on veut un micro plus directionnel, il faut le mettre au fond d'un tube et faire des entailles à intervalles réguliers dans le tube. C'est généralement ce qui est fait quand on fait un film ou un vidéo parce que dans ce cas on veut que le son enregistré corresponde bien à l'action qui se déroule dans l'image: on ne veut pas entendre de sons qu'on ne voit pas.

En dernier lieu, les microphones ont différentes "réponses" en matière de spectre sonore. Certains répondent mieux aux hautes fréquences, d'autres plus aux basses, etc. Le micro avec lequel nous travaillons est par ailleurs un petit bijou de ce point de vue: il a une réponse égale pour toutes les fréquences. En fait, il est tellement "parfait" qu'il sonne d'une manière un peu étrange pour l'oreille humaine qui, elle, est plus sensible aux sons aigüs...

Voilà pour l'entrée sonore. Demain je parlerai un peu de la sortie.

Ça fait un bout de temps que je voulais faire le point sur la question du son. En travaillant sur ce projet de résidence à Avatar, j'apprends beaucoup de trucs sur tout ce qui entoure l'audio.Une des choses qui m'étonne vraiment c'est que j'ai compris qu'en s'y prenant bien, on peut arriver à une bonne qualité sonore même avec des composantes de faible coût et qui roulent avec peu d'énergie. Il suffit de connaître quelques trucs de base.

Post new comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <pre> <h3> <h4> <h5> <h6>
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options

CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Fill in the blank
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.